Tout public
Conférence
Vendredi 27/11/2015 | 16:15 - 17:00

Réchauffement climatique : pourquoi le seuil de 2°C ?

Il est aujourd’hui bien établi que la planète est en état de déséquilibre énergétique : elle absorbe plus d’énergie du soleil qu’elle n’en réémet vers l’espace. La cause de ce phénomène est bien identifiée et résulte de l’accumulation de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère produits par la combustion des
énergies fossiles et les changements d’occupation des sols. Plus de 90% de cet excès d’énergie s’accumule dans l’océan sous forme de chaleur. Le reste sert à réchauffer la basse atmosphère et à
faire fondre les glaces (banquise, glaciers, calottes polaires). Le réchauffement de l’océan et la fonte des glaces continentales, à leur tour, causent une élévation du niveau moyen global de la mer.
Les nombreuses observations du système climatique accumulées depuis plusieurs décennies par différents systèmes d’observations spatiaux et in situ témoignent sans aucune ambiguïté de
l’ensemble de ces changements. Si les émissions de GES se poursuivent dans le futur au même rythme qu’aujourd’hui, les simulations climatiques indiquent à l’horizon 2100 une augmentation de la température moyenne du globe comprise entre 3 et 5°C (par rapport aux années 1990), et une élévation du niveau moyen global de la mer de l’ordre de 75 cm.
Si au cours de son histoire, la Terre a connu des changements bien plus grands, ceux-ci sont survenus sur des échelles de temps très longues (de l’ordre de plusieurs millions d’années), en l’absence de l’espèce humaine.
La communauté scientifique estime qu’au-delà d’un certain seuil de réchauffement, situé autour 2°C par rapport au début de l’ère industrielle (soit +1°C d’élévation de la température moyenne du globe par rapport aux années 1990), il devrait y avoir davantage d’impacts néfastes sur les populations humaines que l’inverse. On ne peut exclure aussi, qu’au-delà de ce seuil, certains changements irréversibles puissent se produire, telle la disparition totale au cours des prochains siècles, de la calotte de glace
du Groenland, induisant une élévation de la mer de 7 mètres.
Limiter les émissions mondiales de GES, tout en ne compromettant pas le droit au développement des populations humaines, est le grand enjeu de la conférence des Nations unies sur le climat qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Lieu: 
Salle des Illustres, Hôtel de Ville
Place du Capitole 1 Allée Jacques Chaban-Delmas
Toulouse
Organisateur(s): 
Académie de l'air et de l'Espace
Intervenant(s): 
Anny CAZENAVE, membre de l’Académie de l’air et de l’espace, membre de l’Académie des sciences.
Dans le cadre de: 
La Séance Solennelle 2016 de l'Académie de l'air et de l'espace
Inscription: 
Entrée libre
Contact: 
contact@academie-air-espace.com